Man & Whale (bis)

(Suite…)

La campagne nous montre, à travers un effet de morphing que si l’économie, les infrastructures et tout simplement la vie japonaise a pu se reconstruire, c’est justement grâce aux baleines (beaucoup d’objets étaient réalisés à partir des os des baleines notamment). Le protagoniste en est depuis ce jour très reconnaissant : Petit, il dessinait des baleines et continu maintenant à essayer de les observer avec ses jumelles. Jusqu’au jour où il voit une baleine en train de s’échouer non loin de son école. Il court et traverse son école où l’on peut voir une classe s’entrainer dehors, ce qui est certainement une référence à la discipline des écoles japonaises. Nous pouvons voir que les enfants ont tous la même tenue de sport et seule la casquette change de couleur car au Japon, tous les élèves portent des uniformes. L’homme rejoint ensuite la baleine dans l’eau et essaye de la pousser vers l’océan, aider ensuite par toute la classe. Ensemble, ils réussissent à sauver la baleine et à la reconduire vers l’océan. Le fait que la campagne fasse intervenir des enfants pour aider le directeur de l’école montre bien que les enfants doivent se sentir concernés par la protection des baleines et que mêmes eux, ont le pouvoir de faire quelque chose en faveur des baleines.

En disant clairement de sauver les baleines, Greenpeace soulève un débat qui partage encore aujourd’hui les japonais, et le monde entier : la pêche des baleines. L’industrie baleinière a connu son essor après la Seconde guerre mondiale, pour nourrir un pays affamé mais même si la société japonaise est maintenant au plus haut, la pêche des baleines continue. Bien que la chasse commerciale soit interdite, le Japon continue son activité sous couvert de « recherches scientifiques ». Aujourd’hui, un seul pays dans le monde continue de mener la chasse dans le sanctuaire des baleines de l’océan Austral : le Japon.

La publicité japonaise est souvent le reflet d’une société partagé entre tradition et modernité, c’est un peu le sujet de cette vidéo. La morale de cette campagne est que grâce aux baleines, les japonais ont pu survivre après la grande guerre et se reconstruire. Maintenant, c’est au tour des japonais de sauver les baleines en les reconduisant dans l’océan lorsque celles-ci s’échouent le long des côtes nipones et en supprimant cette tradition qu’est la pêche des baleines.

Greenpeace prône l’évolution des mentalités et une coexistence entre les japonais et les baleines.

 

Lola Capoferri

Vous aimerez aussi...